Choisissez une marque

Résultats annuels 2018

Une année difficile avec une croissance organique de 2% et un EBITDA de 488 M€ en ligne avec la communication du 22 janvier 2019.
Amélioration de la tendance au 2nd semestre 2018 avec une croissance organique de 6%
EBITDA 2019 supérieur à 550 M€ et ~50% de conversion de l’EBITDA en FCF
Lancement du plan Fit for Growth

  • Performance opérationnelle et financière 2018
    • Chiffre d’affaires de 2 643 millions d’euros, en croissance organique1 de 2% et 5% en publié
    • EBITDA2 : 488 millions d’euros, soit une marge de 18,4%.
    • 49% de l’EBITDA converti en FCF3 soulignant la forte génération de trésorerie
    • Résultat net part du Groupe de 188 millions d’euros
    • Dividende proposé de 1,10 euro, soit un taux de distribution de 36%
  • Lancement du plan de transformation Fit for Growth
    • Repositionnement de B&A via la refonte de son organisation industrielle et commerciale
    • Accélération de Retail via des initiatives stratégiques et un nouveau modèle opérationnel
    • Plan de transformation global pour améliorer l’efficience opérationnelle et rationaliser les G&A
    • 35 millions d’euros d’économies nettes et 15 millions d’euros d’investissements
  • Objectifs financiers 2019
    • Croissance organique comprise entre 4% et 6%
    • EBITDA supérieur à 550 millions d’euros
    • ~50% de taux de conversion de l’EBITDA en FCF

Ingenico Group (Euronext : FR0000125346 - ING), leader mondial des solutions de paiement intégrées, annonce aujourd’hui ses résultats financiers pour l’ensemble de l’exercice 2018.

Nicolas Huss, Directeur général d’Ingenico Group, a commenté :

En tant que nouveau Directeur général, je suis très fier de diriger Ingenico qui profite de technologies de pointe et d’une position de leader sur le marché des solutions de paiement intégrées. 2018 a néanmoins été une année difficile. J’ai analysé les principaux problèmes rencontrés en 2018 et mis en place une nouvelle équipe managériale chevronnée et internationale pour conduire le repositionnement de la société. Le Groupe est d’ores et déjà en mouvement pour atteindre un EBITDA supérieur à 550 millions d’euros en 2019.

La performance de Retail sera soutenue par la poursuite du déploiement de sa stratégie d’accès direct aux commerçants et par la mise en œuvre d’Initiatives stratégiques de croissance. La performance de B&A a été affectée par des conditions de marché défavorables et un manque d’exécution dans les pays matures en 2018. B&A est donc en train d’être repositionnée et optimisée afin de bénéficier de la reprise des marchés émergents ou du déploiement de l’Android. L’équipe de direction sera concentrée sur l’exécution du plan de transformation Fit for Growth, en parallèle d’un effort particulier quant à la génération de trésorerie.

Enfin, nous présenterons notre plan stratégique lors d’un Capital Markets Day le 24 avril. »

Chiffres clés


Performance pour l’exercice 2018

En 2018, le chiffre d’affaires ressort à 2 643 millions d’euros, en croissance de 2% à données comparables, avec une accélération au second semestre où la croissance organique atteint 6%. En données publiées, le chiffre d’affaires est ressorti en croissance de 5% par rapport à 2017 et intègre un effet de change négatif de 110 millions d’euros.

Au cours de l’année, Banks & Acquirers a généré un chiffre d’affaires de 1 305 millions d’euros, en décroissance de 4% à données comparables, mais revenant à une légère croissance organique de 2% au cours du second semestre. A données publiées, l’activité a reculé de 8% et intègre un effet de change négatif de 62 millions d’euros. 

La business unit Retail a réalisé un chiffre d’affaires de 1 339 millions d’euros, affichant une croissance de 8% sur l’année à données comparables, avec une forte accélération de la croissance organique atteignant deux chiffres au second semestre. A données publiées, l’activité a progressé de 22% au cours de l’année et intègre un effet de change négatif de 48 millions d’euros.

Marge brute ajustée

En 2018, la marge brute ajustée a atteint 1 048 millions d’euros, soit 39,6% du chiffre d’affaires, en décroissance de 2% par rapport à celle de 2017 qui ressortait à 1 066 millions d’euros.

Des charges opérationnelles maîtrisées tout au long de l’année

En 2018, les charges d’exploitation ajustées se sont élevées à 560 millions d’euros, soit 21,2% du chiffre d’affaires par rapport à 540 millions d’euros en 2017, soit 21,6%.

Le plan d’économie de coûts court terme annoncé en juillet 2018 a délivré 15 millions d’euros au cours du second semestre cette année.

Marge d’EBITDA de 18,4%

L’EBITDA s’élève à 488 millions d’euros contre 526 millions d’euros en 2017, soit une marge d’EBITDA de 18,4% en retrait de 1,9 points à données comparables et de 2,6 points à données publiées.

L’EBITDA de Banks & Acquirers est ressorti à 277 millions d’euros, en recul par rapport à 371 millions d’euros en 2017. La marge d’EBITDA représente ainsi 21,2%, en recul de 4,8 points par rapport à la marge proforma 2017de 26%, impactée significativement par l’évolution négative du mix géographique.

Retail a généré un EBITDA de 210 millions d’euros, en croissance de 18% par rapport à l’année dernière. La marge d’EBITDA représente donc 15,7% cette année, en croissance de 1,9 point par rapport à l’année dernière à données comparables, bénéficiant de la réorganisation de la business unit réalisée au cours des deux dernières années.

EBIT et résultat opérationnel

La marge d’EBIT représente 15,7% du chiffre d’affaires et atteint 416 millions d’euros contre 453 millions d’euros en 2017.

Les autres produits et charges opérationnels s’élèvent à -48 millions d’euros contre -30 millions d’euros en 2017. Cette hausse est liée aux coûts de réorganisation et d’acquisitions. Le résultat opérationnel inclut également des charges d’amortissement relatives à l’allocation de prix d’acquisition de 90 millions d’euros en 2018 contre 52 millions d’euros en 2017 (cf. annexe 4).

Après avoir pris en compte ces autres produits et charges opérationnels, le résultat opérationnel s’élève à 278 millions d’euros (10,5% du chiffre d’affaires), contre 371 millions d’euros en 2017 (14,8% du chiffre d’affaires).

Résultat net part du Groupe

Le résultat financier ressort à -38 millions d’euros, contre -27 millions d’euros en 2017. La charge d’impôts est en baisse et s’élève à 52 millions d’euros, contre 86 millions d’euros en 2017. Cette amélioration s’explique principalement par la réforme fiscale américaine et par une évolution favorable significative du mix géographique. Ces changements ont entraîné une baisse du taux d’imposition effectif du Groupe à 21,5%, contre 25,0% en 2017.

En 2018, le bénéfice net du Groupe attribuable aux actionnaires est ressorti à 188 millions d’euros contre 253 millions d’euros en 2017.

Une forte génération de trésorerie malgré l’augmentation des éléments non récurrents

Le free cash-flow ajusté4 ressort en croissance de 6% en 2018 à 285 millions d’euros, soit un taux de conversion de l’EBITDA en FCF de 59%. Les opérations du Groupe, post autres produits et charges opérationnels, ont généré un free cash-flow de 238 millions d’euros, ce qui représente un taux de conversion FCF/EBITDA de 49%. Les investissements ont augmenté comme anticipé pour s’élever à 117 millions d’euros au cours de l’exercice, contre 88 millions d’euros en 2017.

La dette nette du Groupe a augmenté à 1 518 millions d’euros par rapport à 1 471 millions d’euros l’année dernière. Son augmentation est principalement liée au rachat des 20% de part minoritaires de Ingenico Holdings Asia Limited, l’acquisition d’Airlink et 87 millions d’euros relatifs au programme de rachat d’actions du groupe. Le ratio d’endettement sur l’EBITDA est de 3,1x contre 2,8x en 2017 mais en retrait par rapport au premier semestre 2018 où ce dernier était de 3,6x.

Proposition de dividende de 1,10 euro par action

Conformément à la politique du Groupe en matière de dividende, une proposition de distribuer un dividende de 1,10 euro par action sera présentée à l’Assemblée Générale des actionnaires le 11 juin 2019, représentant un taux de distribution de 36%. Ce dividende sera payable en numéraire ou en actions, au libre choix de l’actionnaire.

Performance au quatrième trimestre 2018

Au quatrième trimestre de 2018, le chiffre d’affaires a atteint 727 millions d’euros, en hausse de 5% en données comparables par rapport au quatrième trimestre 2017. En données publiées, le chiffre d’affaires ressort en croissance de 5% intégrant un effet de change négatif de 17 millions d’euros.

La business unit Retail a continué de croître au quatrième trimestre avec un chiffre d’affaires de 364 millions d’euros, en croissance de 9% à données comparables. En données publiées, le chiffre d’affaires a progressé de 12%, impacté d’un effet de change défavorable de 6 millions d’euros. Au cours du quatrième trimestre, les différentes divisions ont évolué, à données comparables, comme ci-après :

  • SMB (+ 20%) : La division a réalisé une très forte performance sur le trimestre accélérant même sur la seconde partie de l’année grâce à la progression continue de notre base de marchands et à la croissance des transactions avec des volumes d’acquiring en croissance de plus de 30% au cours du trimestre. En particulier, la performance de l’activité SMB allemande a accéléré significativement au cours du trimestre grâce au gain de nouveaux clients, mais aussi à la rétention de sa base de marchands existants. La performance de cette activité sera dorénavant reconnue au sein de la division Payone, nouvellement créée.
     
  • Global Online (+ 8% ) : La performance trimestrielle est ressortie en ligne avec nos attentes bénéficiant du gain de nouveaux marchands au cours des derniers trimestres. En outre, la division a profité de l’élan continu de certains évènements commerciaux tels que le jour du célibataire ou le Black Friday. L’activité est restée très forte en Inde qui croît de plus de 20%. Au cours du trimestre, la division a annoncé le lancement d’une solution globale d’authentification intégrant la reconnaissance de l’équipement utilisé pour le paiement, le déploiement d’un nouvel ACH aux Etats-Unis (solution de débit), ainsi que le déploiement de son offre Full Service en Russie. De nouveaux clients ont dorénavant recours aux solutions de la division dans les secteurs des jeux vidéo (Kiw Games) ou des agences de voyages en ligne (Trip A Deal, eDreams).
     
  • Enterprise (0%) : L’activité du quatrième trimestre s’inscrit dans nos attentes. La forte performance de nos activités de gateway en magasins, à savoir Axis, a contrebalancé le recul anticipé de nos activités OLV en Allemagne. L’activité relative aux terminaux a bien progressé au cours du trimestre. La dynamique a évolué de façon normative en Europe malgré certains effets macroéconomiques négatifs qui ont impacté l’activité de terminaux en Turquie. Le reste de l’activité est resté soutenue par la forte dynamique de l’Amérique du Nord qui bénéficie de campagnes de renouvellement de grands distributeurs.

La business unit Banks & Acquirers s’est stabilisée au cours du dernier trimestre avec un chiffre d’affaires en croissance de 1% à données comparables. A données publiées, le chiffre d’affaires ressort à 364 millions d’euros, en retrait de 1% et impacté d’un effet de change négatif de 11 millions d’euros. Au cours du quatrième trimestre, les différentes régions ont évolué comme ci-après à données comparables :

  • Europe, Moyen-Orient & Afrique (- 21%) : La division a continué à faire face à des défis opérationnels au T4’18 ainsi qu’à une base de comparaison élevée puisque l’Iran représentait 15 millions d’euros de chiffre d’affaires au T4’17, expliquant la moitié du recul du trimestre. La région a fait face au ralentissement des processus de décision de certains clients importants en Europe du Nord ou au Royaume-Uni mais aussi au manque d’efficacité dans l’exécution dans certains pays matures. Néanmoins, la performance séquentielle de la division s’est stabilisée en base trimestrielle.
     
  • Asie-Pacifique (+ 12%) : La performance trimestrielle est ressortie en ligne avec la dynamique du T3’18. En Asie, tous les marchés ont crû hormis la Thaïlande où la phase d’équipement s’est achevée comme anticipé. Le Japon a réalisé une très forte croissance grâce aux produits récemment certifiés localement et à la migration vers les normes EMV en cours. L’Inde est de retour sur des niveaux de croissance normatifs après avoir été impactée par la base de comparaison élevée de 2017, la Chine a dépassé les attentes au T4’18 grâce à une forte demande en APOS en fin d’année et la croissance indonésienne a démontré notre capacité à maintenir notre leadership chez les principaux acquéreurs du pays. Enfin, la dynamique australienne a été tirée par le déploiement de Telium Tetra qui restera un catalyseur de croissance en 2019.
     
  • Amérique Latine (+ 61%) : Comme anticipé, la division a continué de croître significativement au Brésil ce trimestre, accélérant même par rapport à la performance du T3’18. Ingenico Group a continué de gagner massivement des parts de marché en travaillant avec la plupart des acquéreurs locaux grâce à sa large gamme de produits notamment des terminaux Android tel que l’APOS. De plus, le Groupe a développé avec les plus grands acquéreurs locaux un modèle de vente en direct dans lequel Ingenico Group vend directement ses terminaux aux commerçants au nom de l’acquéreur. Le Mexique reste un marché très prometteur au sein duquel le Groupe continue de croître notamment grâce à la certification de Telium Tetra et au développement de ses services dédiés aux terminaux. Enfin, la dynamique est restée particulièrement soutenue en Colombie, au Pérou et au Chili.
     
  • Amérique du Nord (- 13%) : La performance de B&A en Amérique du Nord a été largement pénalisée par une base de comparaison élevée relative à la réalisation de deux contrats au T4’17. De plus, la dynamique a été impactée par une contribution inférieure à celle initialement anticipée des renouvellements de terminaux EMV aux Etats-Unis ralentis par des certifications plus longues. En 2019, le groupe devrait bénéficier du déploiement de Telium Tetra auprès de ses clients américains ainsi que des différents projets de renouvellement EMV au cours du second semestre. Le Canada est resté très dynamique au cours du trimestre, tiré par le déploiement de Telium Tetra.

Perspectives 2019

Lancement du plan de transformation Fit for Growth
2019 sera une année de transformation, axée sur les trois piliers du plan Fit for Growth, à savoir :

  1. Le repositionnement de B&A via une refonte commerciale (préparation des clients, culture de la performance et utilisation de la puissance de la marque) et une réorganisation industrielle (simplification de la gamme de produits, développement Android et optimisation R&D) ; 
  2. L’accélération de Retail via des Initiatives Stratégiques (expansion du modèle SMB duplicable, verticalisation de Global Online, accélération en Asie et Amérique Latine et déploiement de l’advanced acquiring) et un nouveau modèle opérationnel (customer centric, modèle end to end) ;
  3. L’amélioration des efficiences opérationnelles et la refonte des G&A grâce à une organisation allégée et plus agile, l’optimisation des achats et des systèmes informatiques ainsi que la consolidation de nos capacités de Data Centers.

Le plan Fit for Growth prévoit 35 millions d’euros d’économies de coûts nettes en 2019 et 15 millions d’euros d’investissements pour saisir de nouvelles opportunités de croissance.

Objectifs 2019

  • Chiffre d’affaires : le groupe anticipe une croissance organique de son chiffre d’affaires de 4% à 6% avec une stabilisation de B&A et une croissance à deux chiffres de Retail.
  • EBITDA : le Groupe vise un EBITDA supérieur à 550 millions d’euros. Cet objectif intègre :
  1. ~45 millions d’euros de contribution de BS Payone et de Paymark ;
  2. 35 millions d’euros d’économies de coûts et 15 millions d’euros d’investissements relatifs au plan Fit for Growth ;
  3. ~5 millions d’euros d’impact négatif relatif aux effets de change.
    Le Groupe anticipe plus de 270 millions d’euros d’EBITDA pour Retail et ~280 millions d’euros d’EBITDA pour B&A.
  • Free cash-flow : le Groupe ambitionne d’atteindre une conversion de son EBITDA en free cash-flow de ~50%.


 

  1. En données comparables
  2. EBITDA n’est pas un terme comptable ; il s’agit d’un indicateur financier défini ici comme le bénéfice provenant des activités ordinaires avant dotations aux amortissements et provisions et avant rémunération en actions.
  3. Taux de conversion de 59% de l’EBITDA en flux de trésorerie disponible ajusté des éléments non récurrents (coûts d’acquisition et de restructuration)
  4. Flux de trésorerie disponible ajusté des éléments non récurrents (coûts d’acquisition et de restructuration)
  5. Croissance de 11% ajusté de l’impact IFRS 15 sur T4’17. La croissance organique est de 8% sur les chiffres T4’17 non ajustés

Votre choix concernant les cookies sur ce site

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur ce site. Certains enregistrent vos préférences d'utilisation (langue, localisation, personnalisation), d'autres collectent des statistiques. On vous donne le choix d'accepter tous ces cookies en cliquant sur le bouton "Accepter" ou bien de les paramétrer en cliquant sur "Définir mes préférences".

Accepter Définir mes préférences