Choisissez une marque

Résultat annuel 2017

De solides résultats et réalisation des objectifs 2017. Perspectives moyen terme : croissance annuelle moyenne de l’EBITDA à deux chiffres entre 2018 et 2020.

Performance opérationnelle et financière 2017

  • Chiffre d’affaires de 2 510 millions d’euros, en croissance de 9% en publié
  • Croissance organique de 7%1
  • EBITDA2 de 526 millions d’euros, en croissance de 10%, soit une marge de 21,0%.
  • 51% de taux de conversion de l’EBITDA en free cash-flow ajusté3 conforme à notre objectif
  • Résultat net part du Groupe de 256 millions d’euros, en croissance de 5%
  • Dividende proposé de 1,60 euro, en croissance de 7% (taux de distribution de 39%)

Ambition à moyen terme : nos priorités

  • Conserver notre leadership sur tous les segments de marché et canaux de distribution
  • Etendre notre accès direct aux marchands grâce à un modèle unique et reproductible
  • Introduire notre nouvelle génération de plateforme ouverte Android

Objectifs financiers

  • 2018 : EBITDA compris entre 545 et 570 millions d’euros
    • Intégrant environ 25-30 millions d’euros d’impact négatif des taux de change
  • Perspectives 2018 – 2020 : croissance annuelle moyenne à deux chiffres de l’EBITDA
    • EBITDA supérieur à 700 millions d’eros à périmètre et change constant en 2020
    • Conversion de l’EBITDA en free cash-flow ajusté3 supérieure à 45%
    • Taux de distribution supérieur à 35%

Philippe Lazare, Président-directeur général d’Ingenico Group, a commenté

En 2017, nous nous sommes concentrés sur la construction de l’Ingenico de demain en renforçant notre équipe managériale et en adaptant notre organisation pour mieux répondre aux besoins de nos clients. Nous avons enrichi nos offres à destination des banques et des acquéreurs et investi de façon organique dans nos plateformes Retail. Les intégrations réussies de Bambora et Techprocess vont nous permettre d’accélérer la transformation du groupe. Nous disposons dorénavant de deux business units offrant à nos clients un panel complet de solutions pour les aider à faire croître leur activité.

Après avoir atteint l’ensemble de nos objectifs financiers en 2017, l’année 2018 verra la poursuite du déploiement opérationnel des trois divisions qui composent Retail. En parallèle, Banques & Acquéreurs continuera de croître malgré un environnement plus stable ne bénéficiant plus de catalyseurs exceptionnels, comme ces dernières années.

Ingenico Group s’appuiera sur l’ensemble de ses compétences et de ses actifs pour assurer l’atteinte de son ambition 2020. »

Ingenico Group (Euronext : FR0000125346 - ING), leader mondial des solutions de paiement intégrées, annonce aujourd’hui ses résultats financiers pour l’ensemble de l’exercice 2017.

Chiffres clés

Perspectives 2018 – 2020 : croissance annuelle moyenne à deux chiffres de l’EBITDA

Le marché des paiements électroniques évolue au fur et à mesure que les usages des consommateurs se développent et que les besoins des marchands se multiplient. En parallèle, la complexité de la monétique s’accroit avec l’expansion géographique et la multiplicité des canaux du commerce. A cet égard, la valeur évolue donc au-delà de la simple acceptation du paiement vers des solutions métiers intégrées à des points d’interaction qui se multiplient au fur et à mesure que les points de contact des clients et des commerçants se développent.

Au cours de ces dernières années, le Groupe s’est développé de façon organique, comme au travers de plusieurs acquisitions, afin de rassembler les compétences et les actifs pertinents qui permettront de proposer solutions, produits et services favorisant l’accroissement de l’activité des marchands. Le Groupe a enrichi son offre au travers de services transactionnels comme l’acquisition de transactions, les offres full service online ou encore le processing des transactions en magasin ou sur internet afin de proposer des solutions de paiement complètes et intégrées. Aujourd’hui, notre organisation centrée sur les besoins de nos clients permet d’adresser toutes sortes de marchands, des petits et moyens marchands, aux grands distributeurs organisés en passant par les acteurs du online. Nos deux divisions nous permettent de répondre aux besoins des marchands de façon indirecte par l’intermédiaire de la Business Unit Banques & Acquéreurs et directement au travers de la Business Unit Retail. Cette dernière a été récemment organisée en trois divisions dédiées à des segments de marchands distincts : SMBs (petits et moyens commerçants), Global Online et Entreprise.

Afin d’atteindre notre ambition d’étendre l’acceptation du paiement électronique à un maximum d’usages, d’améliorer l’expérience des marchands et des consommateurs et de proposer une offre de services complète et intégrée, Ingenico Group a établi trois priorités clés pour la période 2018 - 2020 :

  • Maintenir notre position de leader sur les solutions d’acceptation du paiement au sein de tous les segments de marché et les canaux de distribution ;
  • Etendre notre accès direct aux marchands grâce à un modèle unique et reproductible ;
  • Introduire une nouvelle génération de plateforme ouverte Android.

Ces priorités, qui seront déployées au sein de nos deux divisions, Banques & Acquéreurs et Retail, permettront à Ingenico Group de créer de la valeur pour chacune des parties prenantes.

Croissance des revenus organiques de 11% au quatrième trimestre 2017

Performance au quatrième trimestre 2017

Au quatrième trimestre de 2017, le chiffre d’affaires a atteint 692 millions d’euros, en hausse de 14% en données publiées, intégrant un effet de change négatif de 29 millions d’euros. Ingenico Group a enregistré un chiffre d’affaires de 440 millions d’euros provenant de l’activité Terminaux et 252 millions d’euros de l’activité des Services de paiement.

En données comparables, la croissance du chiffre d’affaires ressort à 11% par rapport au quatrième trimestre 2016, dont 10% pour les Terminaux et 12% pour les Services de paiement.

Par rapport au quatrième trimestre 2016, les performances des divisions en données comparables sont les suivantes :

  • Europe et Afrique (+ 11%) : la performance trimestrielle illustre la très forte résilience de ce marché porté par une grande majorité de pays.
    Dans la Business Unit Banques & Acquéreurs, la plupart des pays ont tiré la performance de la région. Les pays occidentaux ont affiché une très bonne dynamique portée principalement par la France, l’Espagne et l’Italie soutenus par le déploiement de Telium Tetra. L’Europe de l’Est est restée dynamique, soutenue principalement par la Grèce et la Pologne, portées par leurs réglementations locales, tandis que les autres pays ont fait face à une base de comparaison difficile mais sont restés stables.
    Au sein de la Business Unit Retail, le trimestre est resté très bien orienté, notamment marqué par l’obtention de plusieurs contrats. La plateforme Axis a affiché une très forte performance grâce à la clientèle existante, mais a également suscité l’intérêt de nouveaux clients comme Uniqlo ou New Balance en Espagne. Ingenico Group a continué à déployer son offre paneuropéenne avec de nouveaux contrats, notamment avec des acteurs comme Adeo (Leroy Merlin, Weldom, Brico Center, Alice Délice...) pour la fourniture de solutions omnichannel.
     
  • Asie-Pacifique et Moyen-Orient (+ 3%) : au sein de la Business Unit Banques & Acquéreurs, la dynamique a été soutenue par la Chine, qui a bénéficié du lancement réussi des APOS. Près de 400 000 unités ont été livrées au cours du quatrième trimestre de 2017, ce qui porte à plus de 1,3 million le nombre d’unités livrées au cours de l’année. Comme anticipé, l’Inde est maintenant revenue à un niveau d’activité normatif. De fait, le pays a reculé faisant face à une base de comparaison élevée suite au processus de démonétisation qui a commencé au quatrième trimestre 2016 pour finir en juin 2017. L’Asie du Sud-Est affiche des résultats mitigés entre l’Indonésie où le marché est actuellement à l’arrêt suite aux actuelles évolutions de la réglementation, et les autres pays comme la Thaïlande et le Japon où le Groupe réalise de très bonnes performances.
    Dans la Business Unit Retail, la majeure partie de l’activité est située en Turquie où la dynamique a continué d’être bien orientée, bénéficiant de l’incitation du gouvernement à acquérir des terminaux à mémoire fiscale et des services permettant le transfert des données de transaction aux autorités fiscales.
     
  • Amérique latine (+ 27%) : la région, qui fait partie de la Business Unit Banques & Acquéreurs, a affiché de très bonnes performances ce trimestre. Le marché brésilien semble se redresser, illustré par le retour d’une croissance positive d’Ingenico Group au cours du quatrième trimestre. Dans la même tendance que les neuf premiers mois, les autres pays ont affiché de fortes performances, le Mexique bénéficiant du déploiement de Telium Tetra et le Chili, le Pérou et le Costa Rica étant devenus d’importants catalyseurs au cours du dernier trimestre.
     
  • Amérique du Nord (+ 16%) : conformément aux attentes, le trimestre a affiché une très forte dynamique.
    La performance du Canada a été conforme à nos attentes, toujours face à une base de comparaison élevée au quatrième trimestre bien que dans une moindre mesure qu’au troisième trimestre 2017.
    Les États-Unis ont affiché une très bonne performance au quatrième trimestre 2017, toujours favorisée par les verticaux ciblés au cours des 18 derniers mois. Le vertical « Unattended » a été un catalyseur de croissance significatif, illustré par un accord important signé dans le secteur des distributeurs automatiques. En parallèle, l’essor des solutions pour la mobilité s’est poursuivi, notamment marqué ce trimestre par le lancement réussi du nouvel appareil mobile M70, une tablette Android ouverte « tout-en-un » incluant des fonctionnalités de « chip » et sans contact. Les autres verticaux tels que l’hôtellerie, la restauration ou la santé ont continué de tirer la croissance avec de nouveaux clients comme Choice Hotel ou Adventist Health.
     
  • ePayments (+ 11%) : le trimestre a affiché une nouvelle fois une bonne performance, ce qui a permis au Groupe d’atteindre ses objectifs de croissance à deux chiffres sur l’ensemble de l’année, et ce, malgré une base de comparaison élevée au second trimestre. Les activités en ligne d’Ingenico Group ont été en mesure d’apporter une nette amélioration du taux de conversion au cours du trimestre, permettant à nos clients d’augmenter leurs ventes, en particulier lors d’événements spécifiques comme le Single Day, le Black Friday ou le Cyber Monday. Les volumes traités par les plateformes d’Ingenico Group pendant ces journées ont triplé par rapport à la moyenne du volume quotidien dans le monde entier, principalement grâce à l’internationalisation de ces événements commerciaux, ce qui donne de plus en plus de crédibilité à l’offre transfrontalière online du Groupe. En parallèle, l’activité de collecting d’Ogone a suscité beaucoup d’intérêt au cours de ce trimestre, avec une augmentation des volumes de 46% par rapport au quatrième trimestre 2016. En parallèle, l’intégration entre nos deux plateformes en Inde (EBS et TechProcess) est sur le point d’être terminée, ce qui permet au Groupe d’accélérer le déploiement local de son offre online.
    Dans l’intervalle, de nouveaux clients ont été intégrés sur nos plateformes au cours du quatrième trimestre, tels que Gamivo, Aerolineas Argentina ou Lycamobile.

Au sein de notre nouvelle organisation centrée sur nos clients, la Business Unit Banques & Acquéreurs a réalisé un chiffre d’affaires de 367 millions d’euros, soit une hausse de 8% en données publiées et intégrant un effet de change négatif de 17 millions d’euros. L’activité a enregistré une solide performance ce trimestre, en croissance de 12% en base comparable grâce à l’accélération aux États-Unis, à la reprise du Brésil, à la dynamique en Chine portée par le succès des APOS et à la résilience des marchés européens. Ces bonnes performances ont été en partie contrebalancées par l’attentisme indonésien et une base de comparaison élevée en Inde.

La Business Unit Retail affiche un chiffre d’affaires de 325 millions d’euros, soit une augmentation de 21% en données publiées et intégrant un effet de change négatif de 12 millions d’euros. En base comparable, le chiffre d’affaires a progressé de 9%, porté par les très fortes performances des marchés européens, en particulier liées au développement des services en magasin avec Axis, et la robustesse de la division ePayments malgré une base de comparaison élevée.

Performance pour l’exercice complet de 2017

En 2017, le chiffre d’affaires ressort à 2 510 millions d’euros, en croissance de 9% en données publiées et intégrant un effet de change négatif de 35 millions d’euros. Le chiffre d’affaires total comprend 1 661 millions d’euros provenant de l’activité Terminaux et 849 millions d’euros de l’activité des Services de paiement.

En base comparable, le chiffre d’affaires est ressorti en croissance de 7% par rapport à 2016, comprenant une croissance de 5% de l’activité Terminaux et de 11% de celle des Services de paiement.

Comme annoncé, l’activité ePayments (+11%) a démontré au cours de l’année une forte amélioration de la stabilité de ses plateformes ainsi que de la satisfaction client lui permettant d’afficher une bonne performance tout au long de l’exercice. De nouvelles étapes clés ont été atteintes, notamment la fusion de nos plateformes indiennes qui est sur le point d’être terminée, ou encore l’évolution du modèle d’Ogone de pure gateway à un modèle transfrontalier full service. En Amérique Latine (+5%), la dynamique brésilienne a été lourdement impactée par le contexte macro-économique mais a affiché des signaux d’amélioration au cours du second semestre 2017 et ce, malgré l’environnement compétitif local. Les autres pays ont continué d’être dynamiques tout au long de l’année, principalement tirés par le déploiement de Telium Tetra. En Amérique du Nord (-6%), Ingenico Group a surperformé le marché local, soutenu notamment par l’assainissement des stocks aux Etats-Unis et où la dynamique Banques & Acquéreurs a finalement pu reprendre normalement. En parallèle, la Business Unit Retail a ralenti en raison d’une base de comparaison difficile. La migration EMV n’est plus un catalyseur de croissance dans la région, mais tous les verticaux ciblés depuis plus d’un an alimentent la dynamique de la région. La performance de l’Europe-Afrique (+7%) illustre la position de leader d’Ingenico Group dans la région. Le début de l’année a été tiré par la migration des terminaux PCI V1 vers la norme PCI V3, laquelle a été suivie par le déploiement de Telium Tetra et la très bonne performance des pays d’Europe de l’Est. Enfin, l’Asie-Pacifique et Moyen Orient (+9%) ont affiché une performance mitigée selon les pays, notamment marquée par la très forte dynamique indienne au cours du premier semestre, tirée par le processus de démonétisation suivi par un effet de base très élevé au second semestre. La Chine a d’abord été impactée par la montée en puissance des moyens de paiement alternatifs basés sur QR code avant d’en bénéficier avec le lancement réussi de l’APOS dont plus de 1,3 million d’unités ont été vendues au cours de la période. Les autres pays asiatiques ont affiché de bonnes performances à l’exception de l’Indonésie impactée par un attentisme du marché relatif à la mise en place d’un Switch entre les différentes banques publiques. En parallèle, la Turquie a continué d’afficher de très bonnes performances bénéficiant du déploiement de Terminaux à mémoire fiscale.

Dans le cadre de notre nouvelle organisation, nous reporterons désormais nos chiffres au travers de nos deux Business Units Banques & Acquéreurs et Retail. Au cours de l’année 2017, Banques & Acquéreurs a affiché un chiffre d’affaires de 1 411 millions d’euros, en croissance de 8% en publié et incluant un effet de change négatif de 14 millions d’euros. La croissance organique de l’activité est ressortie à 8%. La Business Unit Retail a réalisé un chiffre d’affaires de 1 099 millions d’euros affichant une croissance de 9% au cours de la période en publié et incluant un effet de change négatif de 20 millions d’euros. La Business Unit affiche ainsi une croissance organique de 5% au cours de l’année, impactée principalement par une base de comparaison élevée aux Etats-Unis.

Un niveau de marge brute ajustée en croissance de 6%

En 2017, la marge brute ajustée a atteint 1 067 millions d’euros en croissance de 6% par rapport à celle de 2016 qui ressortait à 1 005 millions d’euros, soit 42,5% du chiffre d’affaires.

Des charges opérationnelles maîtrisées tout au long de l’année

En 2017, les charges d’exploitation ajustées se sont élevées à 541 millions d’euros, soit 21,5% du chiffre d’affaires par rapport à 22,9% en 2016.

Cette diminution reflète les premiers résultats du plan d’efficacité opérationnelle mis en place en juillet 2017. Au 31 décembre 2017, le plan avait généré plus de la moitié des 20 à 25 millions d’euros d’efficacité prévus en base annuelle. Ce plan d’efficacité concerne toutes les charges opérationnelles avec un effort particulier réalisé sur les frais administratifs.

Progression de la marge d’EBITDA atteignant 21% des recettes

L’EBITDA s’élève à 526 millions d’euros contre 476 millions d’euros en 2016, soit une marge d’EBITDA de 21% en augmentation de 40 points de base par rapport à 2016.

La marge d’EBIT représente 18,1% du chiffre d’affaires et atteint 453 millions d’euros contre 403 millions d’euros en 2016, soit une augmentation de 60 points de base rendue possible grâce au contrôle des dépenses d’exploitation.

Un résultat d’exploitation solide

Les autres produits et charges opérationnels s’élèvent à -30 millions d’euros contre -5 millions d’euros en 2016. Cette hausse est liée en grande partie aux coûts d’acquisition, notamment ceux relatifs à Bambora, qui représentent plus de 20 millions d’euros sur l’année.

Le résultat d’exploitation inclut des charges d’amortissement relatives à l’allocation de prix d’acquisition de 52 millions d’euros en 2017 contre 42 millions d’euros en 2016.

Après avoir pris en compte ces autres produits et charges opérationnels, le résultat opérationnel s’élève à 371 millions d’euros, contre 357 millions d’euros en 2016. La marge d’exploitation représente donc 14,8% du chiffre d’affaires contre 15,4% en 2016.

Progression année après année du résultat net part du Groupe

Le résultat financier ressort à -23 millions d’euros, contre -8 millions d’euros en 2016, année au cours de laquelle le Groupe a bénéficié de la vente des titres de participation de Visa Europe pour un montant de l’ordre de 12 millions d’euros.

La charge d’impôt est en baisse de 10% et s’élève à 87 millions d’euros, contre 97 millions d’euros en 2016. Cette amélioration s’explique par la rationalisation des structures opérationnelles du Groupe, amenant le taux d’imposition effectif du Groupe à 25,1%, contre 27,9% en 2016.

En 2017, le bénéfice net du Groupe attribuable aux actionnaires est en croissance de 5% à 256 millions d’euros contre 244 millions d’euros en 2016.

Une forte génération de trésorerie malgré l’augmentation des éléments non récurrents

Le free cash-flow ajusté3 ressort en croissance de 6% en 2017 à 269 millions d’euros, soit un taux de conversion de l’EBITDA en FCF de 51%. 2017 fut une année très dynamique, en termes d’acquisitions, ce qui a eu pour conséquence une augmentation significative des éléments non récurrents, principalement relatifs à Bambora. De fait, les opérations du Groupe, post autres produits et charges opérationnels, ont généré un free cash-flow de 239 millions d’euros, ce qui représente un taux de conversion FCF/EBITDA de 45,5%. La génération de trésorerie a également été impactée par une variation négative du besoin en fonds de roulement, principalement due à un effet de change négatif et à la très forte accélération de l’activité au T4’17. Les investissements ont augmenté de 15% pour s’élever à 88 millions d’euros au cours de l’exercice, contre 77 millions d’euros en 2016.

La dette nette du Groupe a augmenté à 1 471 millions d’euros par rapport à 126 millions d’euros l’année dernière. Le ratio d’endettement net sur les fonds propres s’établit à 80% et le ratio d’endettement sur l’EBITDA est de 2,8x contre 0,3x en 2016. L’augmentation du niveau de dette nette est principalement liée à l’acquisition de Bambora, pour un montant total de 1,5 milliard d’euros. A noter que le calcul de levier ne tient pas compte de la contribution de Bambora en année complète.

Proposition de dividende de 1,60 euro par action, en croissance de 7%

Conformément à la politique du Groupe en matière de dividende, une proposition de distribuer un dividende de 1,60 euro par action sera présentée à l’Assemblée Générale des actionnaires le 16 mai 2018, représentant un taux de distribution de 39%. Ce dividende sera payable en numéraire ou en actions, au libre choix de l’actionnaire.

Perspectives 2018

En 2018, Ingenico Group anticipe un EBITDA entre 545 millions d’euros et 570 millions d’euros. Cet objectif intègre une prévision d’environ 25-30 millions d’euros d’impact négatif des taux de change. Compte tenu d’une base de comparaison difficile et de l’agenda de nos différents projets, la saisonnalité de l’année sera marquée par un premier semestre relativement faible et rattrapé par un second semestre plus dynamique.

 

  1. En données comparables
  2. EBITDA n’est pas un terme comptable ; il s’agit d’un indicateur financier défini ici comme le bénéfice provenant des activités ordinaires avant dotations aux amortissements et provisions et avant rémunération en actions.
  3. Flux de trésorerie disponible ajusté des éléments non récurrents (coûts d’acquisition et de restructuration)

Votre choix concernant les cookies sur ce site

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur ce site. Certains enregistrent vos préférences d'utilisation (langue, localisation, personnalisation), d'autres collectent des statistiques. On vous donne le choix d'accepter tous ces cookies en cliquant sur le bouton "Accepter" ou bien de les paramétrer en cliquant sur "Définir mes préférences".

Accepter Définir mes préférences